•  

     
    Elluka Ana WASHØR
    Âge: 27 ans
    Profession : Professeure de langues
    Sexe: F
    EspèceSnowoman
    -
    CARACTÈRE

    Elluka est une personne majoritairement décrite comme très calme, mature mais enthousiaste. Elle est une jeune femme assez ouverte d'esprit et très compréhensive. Elle est également assez à l'écoute des autres mais légèrement paresseuse sur les bords, ayant régulièrement la flemme de corriger des copies ou autre. C'est aussi une grosse dormeuse. Elle est aussi très pédégogue avec ses élèves et peut se montrer très encourageante. Elle n'hésite pas à faire des références ou des mini blagues dans ses cours pour les rendre intétéssants. La chose qui la rends le plus contente, c'est quand on écoute ses cours et qu'on s'y intéresse vraiment (genre ça lui fait plaisir d'entre les élèves s'entraider pour un exercice pour trouver la réponse au lieu de bêtement abandonner). Elluka est aussi une vraie pipelette quand on la lance sur des sujets qu'elle aime bien. Dans ces sujets qu'Elluka apprécie, on peut y mettre les histoires (souvent vraies) assez tragiques, et les choses qu'elle ne comprends pas ("Comment font les humains pour vivre en devant craindre le froid ?") . Mise à part ça, elle est calme même quand elle est en colère, dans ce cas là elle sera juste glaciale au possible avec la personne qui l'a contrariée...
    -
    PHYSIQUE

    Elluka est une jeune femme d'un mètre soixante-treize aux longs cheveux roses et aux yeux bleus glacés. Vêtue d'un grand manteau blanc à fourrre grisâtre aux bouts, le tout surmonté d'une soret de toqu toute aussi blanche sur le haut de sa tête lors de l'Hiver malgré qu'elle ne sente pas le froid, on sens facilement qu'elle viens d'un pays nordique. Elle porte aussi H24 des gants noirs, personne (même elle) ne sais vraiment pourquoi.
    Point de vue physique général
    -
    HISTORIQUE DE L'ORPHELIN

    Elluka est née dans la neige, 27 ans auparavant, pour aider un viel homme perdu dans le froid. Après cela, cet homme l'a élevé comme sa fille. Elle a vécut toute son enfance avec lui. Il l'a appri à se faire passer pour une humaine, sachant que personne ne l'accepterai autrement... Cet homme était aussi un ancien linguiste, qui appris à Elluka toutes les langues de tous les payx et mondes qu'il avait visité... c'était dûr, mais ayant commencé à l'apprendre depuis son plus jeune âge, Elluka a rpidement parlé parfaitement toutes ces langues, bien que le Nordique restait sa langue natale...

    Un jour, alors qu'elle avait 25 ans, elle songeait à se trouver un travail, pour pouvoir s'occuper de son "père", à présent bien trop vieux pour travailler. Elle entendit parler on ne sais comment d'Edige, et se rendit compte qu'elle plus d'enseigner à des non-humains comme-elle, elle pourais trasmettre le savoir linguistique de son père...

    Elluka aporta sa candidature et décrocha le poste.
    -
    -
    EXCROISSANCE DANGEREUSE ET MAGIE
    Elluka peut, comme tout membre de son espèce, manipuler la neige, la glace et le froid en général, mais ne sens pas le froid et peut préserver quelqu'un de celui-ci. Cependant, manipuler le froid est assez fatiguant de base et la fatigue s'accroit avec le temps d'utilisaation de ce pouvoir. par contre, préserver les autres du froid ne lui demande strictement aucun effort particulier.

    Bref, ce n'est pas un modèle de puissance et ces pouvoirs ne sont pas très utiles pour combattre (mais pour se défendre contre un seul agressuer si mais seulement si on régait assez vite)
    RELATIONS DU PERSONNAGE ET ANECDOTES
    Relations :

    Nom - "Ce que ton perso pense de lui"

    Annectodes :

    - Son nom de famille se prononce "Vausheur", ce qui est impossible à deviner en le voyant écrit, sauf si on parle courament le Nordique.

    - Certains profs carburent au café, mais Elluka, elle, carbure au chocolat chaud.

    - Dans la classe d'Elluka on écrit pas au turquoise parce qu'elle corrige les copies avec du turquoise (et elle dessine parfois des émojis sur les copies)
    -
     
    Personnage de [étoile de gerfaut]

    2 commentaires
  •  
    Hayshin SNOW
    Âge: 15 ans
    Sexe: Masculin
    Espèce: Snowman
    -
    CARACTÈRE

    Hayshin est pour le moins curieux, il est aussi très discret et assez hésitant. Peut sûr de lui, il a aussi une certaine timidité. Hayshin a souvent des réactions enfantines, facilement émerveillé et pas très crédible quand il s'énerve. Il est aussi assez craintif, et cherchant soigneusement ses mots pour ne pas blesser. Il est aussi gentils et doux, assez apprécié des enfants. Il peut rire pour des choses simples, n'aime pas qu'on s'en prenne aux autres mais est trop lâche pour faire quoi que ce soit. En effet, Hayshin n'est pas très courageux, il est profondément traumatisé par ce qu'il est arrivé à son parent. Avant, il avait plus de caractère... avait le goût de l'aventure, voulais rencontrer des gens... Maintenant, il a peur de faire des rencontres, au cas où ces personnes mourraient.

    Hayshin ne parle pas avec une syntaxe très correcte, en fait sa langue natale est le Nordique (=Norvégien) et il a apprit le langage Antique, le langage courant aussi bien sûr mais c'est une langue très différente et il n'a pas encore une très très bonne maîtrise de celui-ci... il doit donc prendre des cours de langage courant particulier à Edige, histoire de communiquer correctement avec les gens.
    -
    PHYSIQUE

    Hayshin est un jeune garçon d'un mètre soixante-deux aux cheveux blonds clairs toujours parsemés de petits flocons de neige. Ses yeux sont aussi bleus que la glace, et aussi profonds et insondables que celle-ci... Sa peau est très blanche, logique pour quelqu'un qui doit se "camoufler" avec la neige. Il est souvent vu en train de porter des gants, un manteau blanc et un couvre-oreilles, pour rappeler l'hiver dont il viens bien qu'il ne sente pas le froid.
    -
    HISTORIQUE DE L'ORPHELIN

    Hayshin a grandit avec son "Parent". Il est né dans une tempête de neige, quand un vieux randoneur qui avait décidé de trouver le Pôle Nord tout seul. Ensuite, il a vécut dans le pays froid en s'occupant d'Hayshin... sauf que quelqu'un a découvert qu'Hayshin était un Snowman, et a décidé de l'enlever pour se servir de ses pouvoirs. Pour cela, il a tué le vieil homme. Hayshin a eu très peur, mais il a gardé espoir et il a réussi à fuir. Il est tombé sur une autre personne, une jeune femme qui l'a amenée à Edige...
    -

    -
    EXCROISSANCE DANGEREUSE ET MAGIE
    Hayshin peut manipuler la neige, la glace, et refroidir l'air. Cependant plus il l'utilise longtemps, plus c'est épuisant. Hayshin ne sens également pas le froid, et peut préserver de celui-ci les personnes autour de lui dans un rayon de 5 mètres.
    RELATIONS DU PERSONNAGE ET ANECDOTES
    Relations :

    Nom Prénom - "ce que je pense de lui"

     Annectodes :

    ///
    -
     
    Personnage de Pelage de Fourmi

    votre commentaire
  • Ce personnage apparaîtra dans le chapitre 2 de l'histoire : "L'Année de la Lune de Sang". On la verra tout de même faire quelques apparitions dans le chapitre 1, dévoilant beaucoup du passé du directeur et menant le chapitre 1 à son terme.

    Liens utiles pour quand elle sera là :

    • Chambre
    • Salle de cours 
    • https://i.pinimg.com/564x/11/90/e9/1190e9b203a7215cfd63222829cc71ea.jpg
    • https://i.pinimg.com/564x/d2/62/f0/d262f014a0a0b694f177c757c7c78c7b.jpg

    IMAGE(s) : 

    Apparence actuel

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    NOM ET PRÉNOM DU PROFESSEUR : Elle se fait connaître sous le nom de Malika Alsahra' et si elle avait un autre nom autrefois, personne n'en a connaissance.

    ÂGE : 25 ans.. depuis bien longtemps, elle à vu le jour il y a 480 ans de ça.

    PROFESSION : Intendante, elle gère les dortoirs ainsi que les quêtes.

    DESCRIPTION PHYSIQUE : 

    CARACTÈRE : 

    SEXE : Féminin

    ESPÈCE : Vampire mutant

    EXCROISSANCE DANGEREUSE ET MAGIE : Quels pouvoirs possèdes Malika ? C'est une vampire, pourtant, ce n'est pas un vampire comme les autres car hormis son immortalité, elle n'a aucun pouvoir magiques. En revanche elle est très intelligente et cela peut parfois être une vrai arme.

    HISTORIQUE DU PROFESSEUR : 

    NDA Histoire divisée en plusieurs "âges" chacun représentant une partie de la vie de Malikat. Les premières âges serons un peu plus long que les autres car ils donnerons des indications sur l'époque, la famille et la politique en place lors de la naissance de Malikat, ces détails serons placés en second plan par la suite. De plus, notés que cette histoire est particulièrement longue car Malikat est un personnage clef de le développement de l'histoire et plusieurs moments de sa vie sont liés au moments de la vie de d'autres personnages, notamment des miens.

    Faire le récit du passé... de mon passé n'est pas censé être chose aisé. Pourtant je m'en moque. Me dévoiler ne me dérange en rien et je suis honnête autant des mes méfaits que dans mes bons actes. Transparente. Pourquoi devrais-je cacher quelque chose ? Les notions de bien et de mal sont surfaites. Inventées pour mieux nous garder dans le cadre. En vérité, on ne fait qu'évoluer dans un monde régit par la règle du chacun pour sois. 

    Ce sont des pensées bien amères vous direz-vous, il est vrai qu'autrefois, je ne pensait pas comme ça. Mais j'en ai traversés des époques, j'en ai vu des mondes. C'est toujours la même chose. On a beau être ensembles, dans la foule nous sommes invisibles et au final, avançons seuls. Pensez-vous que quelqu'un viendrais vous aider si vous étiez dans la pire des situations ? Non. Et pourtant, quand on a besoin de vous, quand vous êtes influant, détestable, tout le monde vous tourne autour.

    Attention, je ne dit pas qu'il n'y a personne de sincère en ce monde... mais les rares personnes qui l'on étés avec moi, je les aient perdues. Cruelle est la vie. Cruel est le destin. Mais que pouvons nous y faire nous, misérables créatures de la Terre ? Il faut juste accepter et continuer à marcher. Quoique qu'il puisse arriver. Quoique l'on puisse vous faire. Quoique vous puissiez faire aux autres...

    L'âge de l'innocence - 1540 à 1565, Angleterre

    Mon histoire a commencée il y a bien longtemps, du temps où je n'était encore qu'une femme de la cour, née dans une famille aisée. J'était parfaite; belle, intelligente, élégante tout homme un tant sois peu regardant me désirait et toute femme un tant sois peu intelligente me jalousai. Au milieu, je n'était que ce que l'on attendait de moi, comme si je n'avais pas mon mot à dire. Pourtant il est vrai qu'a cette époque, j'était ce que l'on pouvait appeler une altruiste.

    Je suis née en Angleterre, à l'époque où régnait le roi Henri VIII ma mère était l'une des femmes de sa cour qui flirtait avec lui, quoique quiconque puisse vous dire le contraire. Le roi n'était pas un mari fidèle et il n'était pas dur de le croire à qui savait que tuer sa femme parce qu'elle était incapable de lui donner un fils était une punition des plus abjectes.
    Ainsi, bien que ma mère ou le souverain était mariés, ils eurent quelques aventures romantiques qui prirent fin quand il fut annoncé que ma mère était enceinte. Était-je la fille du roi ? Celle du mari de ma mère ? Il fut impossible de déclarer la vérité, et le monarque ne voulant reconnaître qu'il avait aimer ma mère, aucun son ne fut ébruité. Finalement, ma mère et moi même sommes les seules à savoir que le doute existe. Je n'ai jamais compris pourquoi elle avait tenue a me le dire, d'autant plus que William fut un véritable père pour moi, jusqu'à ce qu'il s’éteigne alors que je n'avais que sept ans. Il était parti en laissant à ma mère deux enfants, des enfants qui sans aucuns doutes étaient les siens, des garçons, William et Jacob. Mes frères. Eux et moi étions plus proche que les doigts de la main.

    J'ai grandi dans ce monde et ai vue défiler beaucoup de rois et reines sur un laps de temps très court. Ma mère est morte alors que je n'avais que 18 ans, nous laissant seuls moi et mes frères, livrés à notre propre sort. Je fut obligée de trouver un époux pour sa bonne fortune plus que pour l'amour. J'eu la chance de tomber sur un homme qui accepta de ne pas me toucher. C'est a peu près à ce moment que Elizabeth fut emprisonnée, soupçonnée de faire partie d'un groupe de rebelles visant à tuer la reine au pouvoir, Marie, sa demi-sœur.
    Au milieu de ce chaos politique, j'évoluais avec sourire et grâce ignorant beaucoup les maux qui traversaient le monde. Je riais, chantais exposait mes talents en musiques ainsi que mes savoirs. Je repoussait les avances des hommes qui se disaient gentleman mais qui n'était en vérité que d'immondes profiteurs. Même si je n'aimais pas l'homme à qui j'était mariée, j'était tout de même la femme de quelqu'un, je trouvai affreux qu'ils est eurent quelques pensées envers une dame indisponible.

    Deux mois après son emprisonnement, Elizabeth fut emmenée en résidence surveillée et quatre ans plus tard, Marie mourrait d'une maladie et sa demi-sœur monta enfin sur le trône. La reine que beaucoup voulaient était enfin là. Ce même jour, celui qui avait été mon mari durant quatre ans claqua... je ne puis avoir autre mot pour décrire ma libération. Il n'avait pas eu d'enfant, je me retrouvait seule héritière de sa fortune, pouvant continuer à subvenir a mes besoins ainsi qu'a ceux de mes frères. J'avais 22 ans.

    Croyez le ou non, j'était une très bonne amie de la reine Elizabeth I. Une femme que j'admirais particulièrement car elle disait que jamais un homme ne viendrais régir sa vie et gouverner à sa place. Elle s'y est toujours tenue. J'admirais cette femme.

    Vînt le jour où elle tomba malade, des mêmes maux qui avaient emporté Marie. Je me souvient de ce jour comme étant le plus beau de mon existence car c'est ce même jour qu'es apparut dans ma vie, mon première amour. Il était médecin, ce n'était un homme très riche mais il était un véritable gentleman, bel homme qui plus est et reconnu dans l'Angleterre pour son talent en médecine. C'était réellement le meilleur car la reine survécu à cette maladie mortelle. L'approcher réellement ne m'auras pris qu'un an. Au début, il n'y avait entre lui et moi que quelques regards, des sourires. Puis il à commencer à venir écouter lorsqu'on me demandait de chanter, son regard vert constamment fixé sur moi.

    A chaque fois que je le voyait, mon cœur s'emballait. Ô les idioties de l'amour. Ensuite, il y a eu les premiers mots, moi timide et rougissante, lui charmeur et souriant. Un jour, je lui est déballé ce que j'avais sur le cœur, ai avoué mes sentiments, il m'a dit qu'il n'était pas homme pour moi, que je ferrai mieux de rester loin de lui. J'aurais dû l'écouter. A ce moment j'était jeune et stupide et n’écoutant que mon cœur, laissant ma raison de côté, je me suis empressée de scelle un cheval et d'aller toquer à sa porte. Il m'ouvrit. Je me souvient l'avoir entendu me dire de partir, qu'il était dangereux pour moi. Une fois de plus, je ne l'ai pas écouté et ai franchi le pas de la porte.

    Un regard, une caresse, les battement de mon cœur accélérés, son visage approchant du mien. J'était sous son emprise, paralysée par sa beauté, l'attirance que j'avais pour lui. Un baiser, doux, puis ses lèvres qui descendirent le long de mon cou et soudain, une douleur fulgurante j'entrouvrit mes lèvres pour crier mais je fut incapable de lâcher quelconque son, puis vînt le noir. Je m'était évanouie. 

    Demelza - Poldark


    L'âge de la renaissance -
     1565, Angleterre

    Quand je me suis réveillée, je n'ai pas tout de suite remarquer le changement qui avait opéré en moi. En fait, la première chose que j'ai fait en m'éveillant, c'est crier. Ce cri de douleur que je n'avais pu pousser lorsqu'il m'avait mordue. Mordue ?! Tout me revînt en tête à cet instant précis, ma main se porta par automatisme à ma gorge où deux petites cicatrices avaient prit forme. Merde. Je me souvenais avoir lu plusieurs choses sur ces être mythiques qu'étaient les vampires... non. Non je me faisait des idées, je ne pouvait être devenu l'une de ces.. créatures ! Il me fallait un moyen de me le prouver... le soleil ! Les vampire craignent la lumière du soleil !
    Je me suis alors levée et ai ouverts les rideaux, il faisait nuit, bien sûr ! Je serrai les dents de rage, me dirigeant vers la porte pour quitter la pièce lorsque mon regard s'attira dans le miroir.

    Étais-ce réellement moi ? J'avais le teint blafard et des yeux rouges. Où était passé mes adorables prunelles grises ? 

    Effrayée, j'ai fait ce que n'importe qui aurait fait : j'ai ouvert la porte cherchée la sortie et quitté ce manoir d'horreur. J'ai couru jusqu'à mon cheval, monter en scelle et suis parti au galop. Je pleurais et le vent qui cinglait sur mon visage tremper me donnait froid. Tout du long, j'ai tenté de me convaincre que je me faisait des idées, que ces monstres nommés "vampires" n'étaient qu'une légende inventé par les mères pour faire peur a leurs enfants, pour qu'ils ne s'aventurent pas n'importe où et avec n'importe qui alors que la nuit est tombée.

    Je suis arrivée chez moi, dans la demeure où j'avais grandi, où j'avais été une fillette, puis une adolescente, une femme puis une veuve. Le soleil n'allait plus tarder à paraître. Je devais parler à mes frères avant. Alors je me suis rendue dans la chambre de William, le plus grand, déjà se préparait t-il : dans son espoir de devenir un des 25 chevaliers de l'ordre de la Jarretière, un des plus grands honneurs qui soient, il s'entraînant sens cesse de l'aurore au crépuscule. 

    Lorsqu'il me vit entrer dans sa chambre en sanglots, il s'approcha de moi.

    - Que t'arrive t-il ma sœur ?
    - Oh William, je... je ne sais comment te le dire.
    - Parle je t'en pris ! Tu me fait peur.

    J'ai levé les yeux vers lui ? Comprendrais t-il ? Croirais t-il seulement ? Faisais-je méprise en pensant au vampirisme ? Après hésitation, j'ai fini par lui conter ma soirée.

    - Les vampires ne sont que le fruit d'un conte populaire voyons ma sœur.
    - Mais...
    - Enfin, tu a bien vu que le docteur se présentait à la cour en pleine journée, comment diable pourrais t-il être vampire dans ces conditions ?

    Il avait raison. Le soleil c'était levé et éclairait la pièce, passait sur mon corps sans me brûler. Je n'en sentait pas la chaleur pour autant.

    - Mais William, mes yeux.

    Il passa son doigt sur mes joues pour effacer mes larmes.

    - Sûrement le début d'une maladie, appelons un médecin.
    - Non ! Non, je... je vais plutôt me reposer aujourd'hui on verra pour le médecin demain.

    William eut beaucoup de mal à me laisser seule mais je fini par le convaincre que rester ici à ne rien faire n'aiderais personnes, autant continuer à faire son possible pour devenir le chevalier qu'il rêve de devenir. Tel furent mes mots.

    Quand la maison fut vide, je me suis empêcher d'aller à la bibliothèque afin d'ouvrir l'un de mes livres sur les vampires, j'ai tout essayé : l'ail, aller dans une église, l'eau bénite.. Tout. Mais toujours le résultat du teste était le même : tout va bien. J'était rassurée, quand je suis rentrée chez moi le soleil se couchait. Jacob était déjà à la maison et William ne tarderais plus à venir.

    Quand il n'y eu plus un seul rayon de soleil au dehors, il se passa une chose étrange. Jacob lâcha le verre qu'il tenait dans les mains, l'objet s'écrasa par terre et se brisa en milles éclats, je cru voir cette scène au ralentit, notant avec appréhension l'effroi dans les yeux de mon frère. Je me suis retournée, mais il n'y avait personne derrière moi. La personne qu'il dévisageait... c'était .. moi ?

    - Tu... tu brille.. 

    Parvînt-il à peine à dire, se poussant plus encore dans son fauteuil.

    - Jacob.
    - NE M'APPROCHE PAS !

    Je m'arrêtait net dans mon mouvement, la peur commençait à m'envahir. J'ai lever mes mains pour les regarder, d'étranges dessins de lumière se dessinaient dessus. Mais que se passait t-il ?

    - Qu'a tu fait de ma sœur, monstre ?!
    - Jacob... c'est moi, ai-je plaidée, en larme.

    Je me suis tournée vers le miroir du salon, constatent que de toute part, je brillait. J'ai alors relever l'une de mes manches pour constater que les dessins de lumière continuaient à se développer le long de mes bras. Une fin incroyable commença à se faire sentir, comme si je n'avais jamais mangée de ma vie. En un sang, c'était vrai car je n'avais jamais bu du sang.

    Quand les marques s’éteignirent enfin, je pu voir dans le miroir que mon reflet avait complètement disparu. Ma peau était plus blanche encore que se matin, mes plus plus rouges et ma faim... ma faim beaucoup trop grande. Et Jacob qui était là, juste à côté de moi. J'ouvrit la bouche pour parler, lui dire de fuir le plus loin possible de moi lorsque je découvrit deux crocs à la place de mes gencives. Je ne pouvait les voir, mais je les ait sentis, ils s'étaient allongés comme si j'allait sauter à la gorge de mon frère et non le faire fuir. Je me suis écroulée au sol, recroquevillée sur moi même. Non. Non. Noooon.

    - Li ? Es que sa va ?

    Li. Mon surnom. Celui que Jacob m'avais donné petit alors qu'il ne pouvait prononcé mon prénom. Li. Il avait fini par me reconnaître, pas comprendre que c'était moi, que j'était le monstre. Je l'entendit s'approcher.

    - Ne bouge pas !
    - Li...
    - Va t-en Jacob.
    - Tu a besoin d'aide.

    Je me suis relevée, l'ai regardé dans les yeux. Je devais me montrer forte, pour lui, je devais faire cet effort, alors j'ai fait ce qu'on m'avais toujours appris à faire, j'ai fait bonne figure et j'ai sourie. J'avais presque l'air normale.

    - Je vais bien Jacob, va chercher William, il n'est pas rentré et ce n'est pas normal.
    - D'accord.

    Le papillon a été vaincu. Chat noir et Lady bug ont disparus.  Adrien… #fanfiction # Fanfiction # amreading # books # wattpad

     

    L'âge de l’asservissement - 1560 à 1600, Angleterre

    Il c'est plus tard avéré que j'avais fait confiance au mauvais frère. Jacob est parti chercher William, et je ne l'ai pas vu revenir. Deux heures étaient passés. J'allais partir à leur recherche lorsque l'aîné et entré dans la pièce, il semblait en colère. Très en colère. Non en fait.. c'était de la haine qui brillait dans ses yeux noir. Il était blessé, du sang coulait le long de ses bras.

    - William ?!? Mais que t'es t-il arrivé ? Où est notre frère ?

    J'était affolée à cette vu, mais lui, il était étrangement calme. Il a relevé la tête vers moi, m'a offert un étrange sourire, il me fit soudain très peur. Mon frère devait se tenir au mur pour rester debout, alors malgré la peur qui me tiraillait le ventre en cet instant, je me suis approché de lui et l'ai aidée à s’asseoir.

    - Jacob est en sécurité.
    - En.. en sécurité ?
    - Je devais bien le protéger le temps que je mène mon combat.
    - Ton... combat ? Mais contre qui ?

    Il leva le bras, pointant un doigt accusateur sur ma gorge, je portait ma main au deux cicatrices s'y trouvant, comprenant ce que voulait dire William. J'était horrifiée.

    - Tu est allé l'attaqué ?
    - Il m'a donné du fil à retordre, mais tu avais raison sœurette, cet homme était bien un vampire.

    Mon cœur c'est accéléré, j'ai reculer. Non. Il... il n'avait tout de même pas fait ça... 
    William sortir quelque chose de sa poche, un pieux en bois taillé à la vas vite. Il posa la pointe contre l'accoudoir du fauteuil, fessant tourner l'objet comme s'il attendait quelque chose de ce dernier.

    - Tu aurais dû le voir, Li, il avait l'air minable cet homme en cet instant. J'ai pu lui poser quelques questions sur toi et sur ce qu'il t'avais fait.

    Ma gorge se serra, mon frère se leva approcha de moi, menaçant. Mes yeux étaient fixés sur le pieux de bois qu'il tenait en main.

    - C'est drôle parce que tu vois, il a dit que la lumière du soleil déclencherais le processus "dîtes moi qu'elle n'est pas sortie aujourd'hui" m'as t-il supplier.

    William rit, s'assit sur une table ronde pas loin de moi, son morceaux de bois toujours entre ses mains habiles.

    - D'après Jacob, tu a passer la journée dehors. Je suis impressionné de voir que tu ne l'a pas mordu... dans le doute nous avons quand même du prendre quelques mesures. Maintenant tu ne peux plus rien lui faire. 

    J'ai continuer à reculer, collant mon dos contre l'un des murs du manoir. Je ne pouvais croire ce que j'entendais, ce que je voyait. Je ne pouvais croire à la suite des événements.

    - C'est idiot parce que maintenant, tu est un petit vampire affamé, et un vampire affamé est un vampire faiblard. Mes supérieurs m'on demandés de t'apporter à eux saine et sauve, qu'ils verrons ce qu'ils ferrons de toi. Mais bon, nous sommes juste toi et moi alors... je pourrais bien prétendre que ce n'était que de la légitime défense.

    Quoi ?!?

    - Tu... tu veux me tuer William ?
    - Non, je veux te détruire !
    - Mais je suis ta sœur !
    - Non, tu n'est plus ma sœur, tu n'est qu'un monstre, un monstre dangereux et il est de mon devoir de te tuer avant que tu ne fasse du mal a quelqu'un.

    Il s'est jeté sur moi, son pieux à la main j'ai esquiver l'attaque et ai quittée la maison en courant. Mes jupes m'empêchait de courir bien vite mais ma volonté était de fer et mon endurance grandit pas la peur. J'ai couru jusqu'au matin, sans faire une seule pose. Quand enfin j'ai vu le soleil, j'ai stoppé ma course, me suis arrêtée et j'ai regarder où j'était. Perdue au milieu de nul part, voilà où j'était. Plusieurs jours j'ai errer sans but, dans l'espoir de m'éloigner de mon frère et de sa folie. J'avais faim, mais je me refusait de me nourrir ayant une volonté de fer, cela ne fut pas très difficile.

    Humaine ♀ - Esclave

     

    L'âge de la mutation - 

    Fever | Illustration Art | The Design Inspiration

     

    PERSONNAGE DE : Libellule Bleue & Anotcha


    16 commentaires
  •  
    Henzeru Suzuru
    Âge: 14 ans
    Sexe: Masculin
    Espèce: Enfant Goule, réceptacle de la première partie de l'âme de Baristol, Behemo.
    -
    fiche by Lib'
    CARACTÈRE

    Henzeru est un garçon du genre déterminé, qui ne perds jamais de vue son objectif. Il est d'une grande loyauté et il a un cœur d'or avec ceux à qui il tiens, mais bon courage pour pouvoir t'attirer sa sympathie. En effet, Henzeru est très prudent et méfiant, et prends son temps pour décider si telle ou telle personne est fiable ou pas. Il peut aussi se montrer très rusé, avec une intelligence notable qui lui permet de déjouer les pièges. Jamais naïf n'aura eu de si grand opposé. Quand à Behemo, son caractère est indéfini. Il est assez joueur, et manipulateur, même si il n'arrive plus à manipuler Henzeru maintenant. Il parait assez enjoué, et assez perturbant. Il ne montre aussi strictement aucune empathie, même si il semble légèrement apprécier son hôte.
    -
    PHYSIQUE

    Henzeru est un jeune garçon légèrement petit, aux traits fins mais au visage légèrement rond, ses yeux sont d'un bleu marine profond qui tire légèrement sur le violet selon la luminosité ambiante. Ses cheveux sont d'un blond doré par endroits, parfois c'est vifs. Le mélange leur donne pourtant un air assez banal. Il est plutôt petit de taille, il mesure un peu moins d'un mètre 55. Sa peau est aussi très pâle. Dans la forme qu'a Behemo quand il apparaît sous forme fantomatique ou dans le champ de vision d'Henzeru, il ressemble à une ombre noire d'un homme très légèrement efféminé , avec une seule aile d'un seul côté. Il porte cependant ce qui semble être une tenue de soubrette ? Behemo recèle bien des mystères, décidément. Les sueles choses qu'on voit vraiment de lui sont ses courts cheveux blonds, semblables à ceux d'Henzeru mais en plus clair et légèrement plus long, son sourire terrifiant et les parties blanches de la tenue de soubrette.
    fiche by Lib'
    -
    HISTORIQUE DE L'ORPHELIN

    En cours, Gerfaut me l'écrit (une commande d'histoire, on collabore ^^')

    Sa sœur, Megumi, est actuellement détenue dans un endroit que seul Henzeru (et Behemo) connaissent. Son objectif est de la retrouver. En plus d'un foyer, Henzeru est venu à Edige pour trouver de l'aide...
    -
    fiche by Lib'
    -
    EXCROISSANCE DANGEREUSE ET MAGIE
    Henzeru est un Enfant Goule très particulier. Non, il n'est pas déficient, mais sa création a été effectuée dans l'unique but de sceller Baristol, une sorte d'Esprit d'un dieu démoniaque très particulier, qui était apparemment autrefois du côté du "bien" mais dont le cœur aurait été pourrit à cause d'une envie irrésistible de vengeance. Son âme a été scindée en 2 pour limiter sa puissance, et chacune de ses parties s'est retrouvée être un être à part : un homme, Behemo, et une femme, Kralinka . C'est Behemo qui est scellé à l'intérieur d'Henzeru. Behemo lui parle, lui apparaît sous une étrange forme dans son champ de vision sans être vraiment là voir même sortir sous forme fantomatique uniquement si Henzeru le veut (Behemo est complètement dépendant de lui) . [en attente d'un dessin de Behemo sous sa forme si particulière] Henzeru est plus résistant qu'un humain normal, étant un Enfant Goule. Sinon, il n'a pas d'autres particularité. c'est Megumi (sa soeur) qui garde Kralinka scellée.
    RELATIONS DU PERSONNAGE ET ANECDOTES
    Megumi SUZURU - "Je veux la retrouver. Vraiment."
    Behemo - "Je le supporte dans ma tête depuis ma 'naissance'. Je me méfie fortement de lui, mais en même temps je le connais rien et je me suis habitué à lui. Et il le sais."
    -
     
    Personnage de Pelage de Fourmi

    votre commentaire
  •  
    Hijiri Kanbaru
    Âge: 1017 ans
    Sexe: Féminin
    EspèceShinigami Libre
    -
    Hijiri et l'esprit démoniaque qu'elle garde
    CARACTÈRE

    Hijiri est quelqu'un aux multiples traits de  caractère et qu'on ne retrouve pas souvent. En  d'autres thermes, elle est vraiment unique.  Joueuse, surtout avec les nerfs des autres,  intelligente et sachant prendre des risques quand il
    le faut tout en ayant une prudence respectable, elle peut se montrer très dûre, même si aussi capable de se montrer kawai (mais elle fait exprès) , elle est plutôt enjouée, même si il peut arriver qu'elle soit calme et elle a un sens de l'humour totalement éclaté au sol à son grand déplaisir. Elle a néanmoins des défauts, car personne n'est parfait et encore moins un Shinigami. Hijiri a par exemple, une capacité de concentration très limitée et à tendance à ne pas écouter quand on lui parle de quelque chose qui ne l'intéresse pas. Elle propose des situations radicales, n'a pas beaucoup de culpabilité et peut se montrer méchante sur les bords. Elle peut partir en vrille si on l'énerve trop et ses colères sont dévastatrices. Elle peut rabaisser des personnes qui ont trop d'espoir en anéantissant d'un coup toutes leurs espérances sans aucune subtilité, et est assez directe. Mais le pire c'est qu'elle est beaucoup trop têtue : une fois qu'elle a une idée en tête, il est impossible de la raisonner...
    -
    PHYSIQUE

    D'une peau blanche pâle et d'une taille assez petite pour son âge (1m59), Hijiri est une jeune de corpulence assez fine. Son apparence bien qu'elle paraisse assez soignée l'importe peu, du moment qu'elle a son nœud dans les cheveux tout va bien. Ses cheveux sont mi-longs et d'un violet glycine TOUJOURS (ou presque pour le bien de sa mentalité) noués d'un gros nœud prune en deux petites tresses qui font une demi-tour de sa tête. Elle possède une frange et deux mèches assez longues et épaisses qui encadrent son visage. Hijiri a aussi une gros épis incoiffable au dessus de sa tête. Ses cheveux sont de nature lisse et dégagés sur son visage. Ses yeux sont marrons qui deviennent comme ambrés selon la luminosité, elle possède un nez en trompette. Ses lèvres sont fines et d'un rose très effacé presque de la même couleur que sa peau. Elle possède un uniforme gris très sombre presque noir et vert vif avec ENCORE un nœud prune au milieu. Enfin, Hijiri possède également une faux de deux mètres de long (sans compter la lame) aux mêmes couleurs que son uniforme.

    Description PhysiqueAile De Foudre
    point de vue physique général
    -
    HISTORIQUE DE L'ORPHELIN

    Les Shinigamis naissent toujours en enfer, certains sont des enfants goules, mais récupérés par le Diable. Hijiri est l'un d'eux.

    L'une des nombreux enfants goules morts quelques secondes après leur naissance. Cependant, elle a été prise par le diable pour devenir un Shinigami, en même temps que quatre autres enfants. Ils ont donc été élevés ensemble dans les enfers pour être de bons Shinigamis pendant 13 ans de leur vie. Ils se considéraient comme des frères et sœurs, et Hijiri était fière d'être la Shinigami de première classe du groupe.

    à leurs 14 ans, ils ont comme il était prévu, commencés leurs missions. Ils étaient fiers et réussissaient, bien que parfois avec difficulté, et ils étaient bien comme ça. Ils ont fait ça pendant 2 ans, jusqu'à leurs 16 ans. Cependant, alors qu'ils avaient tous les 5 reçus une mission importante, celle de tuer un roi fou d'un des pays qui était au niveau "moyen âge". Malheureusement, ce Roi Fou était possédé par un esprit démoniaque...Lucifugus. Hors, un esprit démoniaque, c'est dangereux. Un humain possédé par un esprit démoniaque, ça l'est encore plus. Ils l'ont combattu, mais même à 5 contre 1, Lucifugus avait le dessus. 2 de ses camarades sont morts. Elle et ses 2 camarades restants, Yû et Michiru, se sont battus corps et âme pour battre Lucifugus...sauf que, quand ils ont tué le Roi Fou, l'esprit démoniaque s'est enfui et a possédé Yû. Hijiri a réussi à l'exorciser au moment précis où c'était possible, mais cela a tué Yû...et Michiru était si blessée qu'elle est morte de ses blessures quelques heures après. Hijiri a été récupérée par le Diable après, sous le choc de la mort de tous ceux qu'elle considérait comme sa famille.

    Elle est donc devenue une Shinigami libre, et s'est endormie pour 1000 ans. Elle s'est réveillée il y a un an, et la seule consigne qu'elle avait était de "surveiller Lucifugus".

    Hijiri est par la suite tombée sur un vieil homme qui voulait s'occuper d'elle, devinant ce qu'étais Hijiri : une Shinigami Libre. Elle avait eu un peu de temps avec lui, assez pour rattraper des choses qu'elle a manqué avec ses 1000 ans de sommeil... mais il est rapidement mort de maladie. Juste avant de mourir, il lui a dit qu'il existait un certain Orphelinat, du nom d'Edige, qui pourrais la recueillir. En effet, sur le plan mental Hijiri n'a que 17 ans et a encore pleins de choses à apprendre... et surtout à rattraper, avec cet histoire de sommeil millénaire !
    -
    "Mmm...tu disais que tu étais plus fort que moi ?"
    a
    "Tu me saoule avec ta débilité sans nom..."
     
    EXCROISSANCE DANGEREUSE ET MAGIE
    étant un Shinigami libre, Hijiri est libre de tout contrat et a pour seule obligation de surveiller l'esprit démoniaque "Lucifugus", qui est scellé dans les environs d'Hijiri. Elle doit veiller dessus et peut le libérer pendant un petit moment, mais il est très difficile à contrôler et surtout, le moindre doute qu'aurait Hijiri à ce moment là permettrait à Lucifugus de la posséder. 

    Mais surtout, en tant qu'ancienne Shinigami de première classe, Hijiri possède une faux qu'elle peut faire disparaitre et apparaitre, elle peut aussi la faire apparaitre sous la forme d'un petit stylo.

    La faux d'Hijiri est indestructible, très coupante et surtout qui possède la "petite" particularité de produire de grandes étincelles oranges à chaque coup qui se stockent ensuite dans la faux, pour finir par exploser sur l'ennemi sans blesser Hijiri lorsque la faux est surchargée. à chaque fois que la faux apparait, des étincelles jaillissent mais celles-ci se perdent.
    RELATIONS DU PERSONNAGE ET ANECDOTES
    Anecdotes :
    - Hijiri étant une ancienne Enfant Goule (mais morte quelques jours après sa naissance), elle n'a pas de parents.

    - Hijiri n'est tellement pas intéressée par l'amour ou pas attirée par quiconque qu'elle s'est longtemps demandée si elle n'étais pas Aromantique ET Asexuelle. Mais le doute est toujours permis, bien sûr.

     Relations :
    ///
    -
    "Quand il faut y aller...faut y aller !"
     
     
    Personnage de [étoile de gerfaut]

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique